• Inès Filali

La jungle des visas américains : zoom sur les visas époux et fiancés

Mis à jour : juin 15



La première case à cocher avant un voyage aux États-Unis est celle de l’obtention du titre de séjour pour se rendre légalement sur le territoire. Un étudiant n’aura pas besoin du même visa qu’un fonctionnaire de l’OTAN, qu’un sportif professionnel ou encore, qu’un entrepreneur.

Si le principe selon lequel tout voyageur doit se munir d’un visa pour pouvoir se rendre sur le territoire américain est simple et direct, la pratique, elle, s’avère plus complexe. Le degré de difficulté variera principalement en fonction du but de la venue aux États-Unis : un touriste visitant le territoire américain pendant les vacances ne rencontrera pas les mêmes difficultés qu’une personne dont le projet est de s’installer durablement aux États-Unis. Cette dernière devra cocher bien plus de conditions et devra, surtout, s’armer de (beaucoup) patience pour recevoir son titre.

Cet article concerne les personnes qui immigrent aux États-Unis par amour, grâce aux visas époux (CR1) ou fiancé (K1), aussi appelés “lova visas”, et vise à mettre un peu d’ordre dans ces procédures !


1. Entamer les procédures d’immigration : par où commencer ?

En premier lieu, il est nécessaire de rappeler qu’il existe deux natures de visa pour les États-Unis : les visas de séjour temporaire tel que le Visa Waiver Program/ESTA et les visas d’immigration permanent tels que le visa fiancé (K-1) ou époux (CR1). Une fois cette différence assimilée, la deuxième chose à savoir lorsqu’on entame une procédure de visa est que les visas d’immigration permanente nécessitent de se faire parrainer ou sponsoriser. En d’autres termes, on ne peut pas commencer le processus d’immigration soi-même ; sauf si une personne décide de se lancer dans la loterie pour la carte verte, qui est un autre sujet abordé dans l’épisode 49 de la saison 1 du podcast.

Le visa K-1 est un visa qui permet à un citoyen américain (le petitioner) de faire venir sur le sol américain son ou sa fiancé.e (le beneficiary) en vue de l’épouser. Ce visa nécessite de réunir des conditions fixes posées par USCIS (administration d’immigration américaine) :

- L’un des membres du couple doit être citoyen américain ;

- Le couple doit avoir l’intention de se marier dans les 90 jours suivant l’arrivée du ressortissant étranger aux États-Unis (cela vous rappelle une émission TV ?) ;

- Les membres du couple doivent avoir rompu leur union de mariage précédente ;

- Le couple doit s’être rencontré physiquement au moins une fois au cours des deux années suivant le dépôt de la demande du visa K-1 ;

- L’intention de se marier doit être valide.

La dernière condition est cruciale car elle permet de vérifier le caractère bona fide (la bonne intention) du mariage. En effet, de nombreuses personnes utilisent ce visa frauduleusement, dans le but de s’établir aux États-Unis de manière permanente. Une fois marié, le beneficiary pourra faire une demande de carte verte et sera en capacité de travailler. Ce visa a un coût important puisqu’il s’élève à environ $2000. L’étape la plus coûteuse étant le Adjustement of Status (AOS), c’est-à-dire le moment où le titulaire du K-1 voudra demander sa carte verte. Hors pandémie, ce visa et la carte verte s’obtiennent généralement en 13 mois. Aujourd’hui, les durées sont malheureusement rallongées.

Le visa époux, appelé visa CR1 est un titre qui permet au conjoint non-américain d’obtenir une carte verte pour avoir le droit de résider durablement aux États-Unis. Tout comme le visa K-1, le visa CR-1 s’obtient en remplissant plus au moins les mêmes conditions établies par l’administration américaine :

- Le petitioner doit être citoyen américain ou détenir une carte verte ;

- Le petitioner américain doit être légalement marié au beneficiary ;

- Le couple doit démontrer une certaine stabilité financière, sachant qu’il existe des dérogations si les fonds ne sont pas suffisants.

Le coût du visa CR1 s’élève à peu près $1200 et la durée de l’obtention du visa s’étend entre 7 et 10 mois environ.

2. Vers quel visa se diriger ?



Il faut garder à l’esprit qu’aucun visa n'est mieux qu’un autre. En réalité, la réponse à cette question dépendra de la situation de chaque couple. Par exemple, un couple Franco-Américain marié depuis des années, qui habite ensemble en France, se dirigera naturellement vers la procédure CR1. Néanmoins, un couple Franco-Américain dont les membres n’habitent pas ensemble peut se retrouver face à ce dilemme : quel visa choisir ?

S’il fallait comparer les deux visas, plusieurs éléments seraient à garder en tête. Notamment, le coût du visa, l’attente, l’autorisation de travail et la chance d’obtention du visa. Le visa K-1 est plus coûteux que le visa CR1 et la chance de l’obtenir peut s’avérer plus mince. Le caractère complexe de la procédure se pose notamment pour les couples qui projettent de se marier après seulement une rencontre (aussi étrange que cela puisse paraître, cette pratique semble être réputée chez certaines nationalités). Dans ce cas-là, l’ambassade compétente peut exiger plus de preuves de relation bona fide. Si cela a le malheur d’arriver 4 mois après le début des formalités, cela implique que le premier formulaire du K-1 sera expiré. Le couple devra tout recommencer ! Un autre élément de comparaison intéressant est lié à l’autorisation de travail. Alors que le CR1 permet au beneficiary de travailler légalement dès l’arrivée sur le territoire américain, le détenteur d’un visa K1 sera dans l’obligation d’attendre que son ajustement de statut soit validé. Attendre potentiellement plus d'un an pour travailler peut représenter un réel handicap dont il faut avoir connaissance !

S’agissant des couples du même sexe, la Cour Suprême a posé comme principe dans une décision fondatrice de 2013 que les couples homosexuels sont traités de la même manière que des couples hétérosexuels lors de la procédure d’immigration grâce à un visa époux ou fiancé. L’administration américaine USCIS a même consacré une FAQ dédiée à ce sujet. Malgré tout, dans les faits, j’ai pu remarquer sur les groupes Facebook d’entraide dont je parlerai plus tard dans l’article, que leur cas se rallonge souvent plus longtemps que la normale…

3. Conseils et témoignage

Tout d’abord, je vous recommande de vous ajouter à des groupes d’entraide Facebook. Le plus actif et informatif étant le groupe « CR1/IR1 K1 US VISA PROCESSING ». Il existe également des groupes Facebook plus spécifiques qui réuniront des personnes dont le dossier est traité par le même centre de visa, par exemple, le Nebraska dans mon cas. Enfin, j’ai récemment créé un groupe Facebook destiné à aider les personnes qui soumettent un dossier pour le visa CR1 depuis la France. N’hésitez pas à le rejoindre si vous êtes concernés ! Je recommande également les forums dédiés aux États-Unis tels que expat.com ou encore visajourney.com, qui sont des vraies mines d’or. En plus de ces ressources, nous nous ferons un plaisir de répondre à vos questions dans la mesure de possible. Qu’ils s’agissent de nos invités de notre équipe, nous avons acquis de réelles connaissances pour répondre à vos questions sur la jungle des visas. Concernant les traductions officielles des documents en anglais, j’ai fait appel aux services du site tranlanguage. Les salariés travaillent sérieusement et rapidement. De plus, le coût des traductions est très abordable.


Mon dernier conseil concerne exclusivement la procédure du visa CR1. USCIS demande à tous les candidats de mettre au point un document prouvant le caractère bona fide du mariage. Je vous conseille de créer une présentation PowerPoint PDF de 7/8 slides qui retrace votre relation chronologiquement. Le plus important est d’y faire apparaître des captures d’écran d’appels téléphoniques, des photos de courriers envoyés, des photos de vous en vacances ou encore avec la belle-famille. Si cette procédure peut, de prime abord, sembler étrange et intrusive, c’est grâce à elle que l’administration sera convaincue de l’authenticité de votre mariage ! Soyez le plus précis possible.

J’aimerais désormais partager mon ressenti alors que je viens d’entamer les procédures d’obtention de mon visa CR1. Le premier mot qui me vient à l’esprit est « patience ». Une fois le dossier soumis à USCIS et l’accusé de réception reçu (dit NOA 1 pour Notice of Action 1), il faut s’armer de patience. L’administration n’est pas tenue d’informer les demandeurs de visa entre le NOA 1 et le NOA 2. Certains attendent 5 mois, d’autres 2 ans. Plutôt infernal, n’est-ce pas ? Quand bien même l’attente est longue, je m’estime heureuse d’habiter avec mon mari car tous les couples n’ont pas cette chance !


4. Quid du Covid-19 ?


Vous vous en doutez bien, la pandémie actuelle a semé la zizanie dans la procédure d’immigration Américaine ! D’après un article publié le 3 février 2021 sur le NY Times, l’administration Biden est confrontée à un retard tel que 380 000 personnes attendent de pouvoir immigrer aux États-Unis. La raison derrière ce nombre important ? Donald Trump, a lors de son dernier mandat, signé une proclamation qui a suspendu la plupart des procédures d’immigration permanente, dans le seul but de protéger les emplois des Américains…

Aujourd’hui, les services rouvrent et les choses reviennent petit à petit à la normale. Néanmoins, chaque pays traite différemment les dossiers. À titre d’exemple, d’après un rapport publié en mars 2021 par le département des affaires consulaires américaines, 17 citoyens Français ont obtenu un visa CR1 contre 215 citoyens Philippins par exemple.


On espère que cet article vous a intéressé et surtout qu’il servira si vous aussi, vous vous lancez dans cette folle aventure d’immigration sur le sol américain ! N’hésitez-pas à nous raconter vos anecdotes ou à nous poser vos questions en commentaire, nous y répondrons avec plaisir !

Article rédigé par Inès Filali - www.lapausebougeotte.com - @lapausebougeotte sur Instagram


52 vues0 commentaire